Faucher à la main au XXIe siècle ?

Il est désormais scientifiquement établi que la dérive climatique et l’érosion spectaculaire de la biodiversité sont le résultat de la seule pression de l’Homme sur son environnement.

Il devient en conséquence urgent de réviser en profondeur notre manière d’habiter le monde.

Dans le domaine spécifique de la gestion des espaces naturels anthropisés, la faux apparaît comme un outil proprement révolutionnaire, un outil bénéfique aux vivants, humains et non humains.